Rencontre avec Mandy, costumière à Brouhaha – Liverpool

Mandy, costumière de BrouhahaAmanda Baptiste est une artiste volontaire. Elle aime faire du bénévolat en tant que costumière et prend plaisir à soutenir d’autres jeunes à développer leurs compétences créatives.
En 2012, Amanda a été désignée pour participer à un des projets Grundtvig de bénévoles seniors en Martinique, où elle a passé 5 semaines à apprendre les arts traditionnels carnavalesques (http://www.brouhaha.uk.com)

Nous avons eu envie de lui poser quelques questions :

Bonjour, ravie de te rencontrer Amanda, on dit Amanda ou Mandy ?
Mandy : En fait je m’appelle Cécilia, Cecilia Amanda Baptiste, mais on m’appelle Mandy.

Pourrais-tu nous raconter tes débuts à Brouhaha ?
Mandy : C’était vraiment étrange, Ray notre directeur artistique que je connaissais, m’avait demandé à plusieurs reprises pendant des années de venir à l’atelier. J’ai commencé à travailler à l’atelier, je me vois fabriquer des papillons, des grandes ailes, cela m’a beaucoup plu, c’était vraiment bien et je suis revenue, et revenue, et revenue… puis je suis restée. Cela fait six ans maintenant que je travaille au sein de Brouhaha et c’est mon septième carnaval à la fabrication des costumes.

Est-ce que l’atelier était différent à tes débuts ici ?
Mandy : Il y a six années, nous n’étions pas dans les mêmes locaux, c’était un local incroyable, très grand, c’était très excitant mais cela n’était pas très différent d’aujourd’hui : chaque année de nombreux costumes à faire et toujours de la nouveauté, de nouvelles créations à découvrir, on ne s’ennuie jamais !

Que représente aujourd’hui l’organisation du carnaval de Liverpool au niveau de l’atelier costume ? Combien de costumes à peu près cette année ?
Mandy : « Oh my God !!!… » C’est énorme, difficile à chiffrer précisément ! …On a fait par exemple 500 petites ailes pour les papillons, avec les ornements qui vont avec, d’innombrables pantalons, des milliers de coiffes, dans plusieurs gammes de couleurs. C’est beaucoup !

Habillez-vous d’autres publics que les artistes qui défilent ? Des enfants par exemple ?
Mandy : Oui, nous faisons des ateliers sur la fabrication de costumes dans les écoles locales, parfois c’est eux qui viennent à l’atelier. Nous leur donnons des outils (techniques, matières..) pour les aider à concevoir leurs propres costumes pour le carnaval.

A quelle période de l’année démarrez vous les préparatifs en termes de costumes pour le carnaval ? Quelles sont les différentes étapes ?
Mandy : Le thème est décidé aux alentours de janvier/février et nous commençons la réalisation des costumes à partir du mois de mars. Tout d’abord, nous faisons un grand nettoyage et rangement, puis on commence vraiment une fois que l’on a les croquis et les instructions de notre directeur artistique, et là cela devient intense !

Cette année, le thème du carnaval est « Street life ». Qui propose le thème ?
Mandy : Giles a choisi le thème à partir de ce qui a été fait lors du défilé du carnaval en Afrique du Sud à la fin de l’année 2015.
Leeshaam Stringer, artiste et constructeur sud-africain de chars pour le carnaval de la ville du Cap, est ici dans le cadre d’un programme d’échanges. Leeshaam nous aide à créer des costumes pour notre carnaval de cette année issu du thème « Street life » auquel il a participé chez lui en Afrique du Sud.

Quel est le nombre de bénévoles et comment vous repartissez vous les tâches ?
Mandy : Oh, c’est difficile à dire…Il y a quelques bénévoles, ça va ça vient, ils nous aident un jour ou quelques heures, par ci par là, comme Samba Résille lundi dernier. D’autres viennent tous les jours, comme Darcy et Leeshaam.
Les tâches sont réparties en fonction des aptitudes de chacun, chacun trouve la tâche qui lui convient.

DarcyLeeshaam

Pratiquez-vous des solutions créatives de recyclage ? Recycler vous les costumes ?
Mandy : Oh oui ! On a besoin de récupérer et on récupère beaucoup de choses, on recycle aussi beaucoup les anciens costumes. Par exemple à partir des ailes de papillons on pourra faire des jupes ou des ceintures pour un nouveau défilé. On fabrique du nouveau à partir de l’ancien, il y a beaucoup de débrouille avec des matériaux comme le sac poubelle ou autres matériaux que l’on trouve facilement.

Et après le carnaval, comment cela se passe-t-il ?
Après le carnaval, on range tout, on protège et emballe ce qui est fragile comme les plumes et on recompte tout, pour que tout soit prêt à nouveaux pour le prochain défilé.
Je travaille en tant que saisonnière sur toute la saison du carnaval au sein de Brouhaha. Après le carnaval je redeviens alors bénévole au sein de l’association. Le restant de l’année, je fais aussi mes propres costumes. Par exemple, en suivant, je vais faire deux très grands costumes d’ici la fin du mois, pour le défilé du festival gay de Liverpool, dans lequel il y aura beaucoup d’excentricité, comme vous pouvez l’imaginer. J’ai hâte de voir !

Florence et Hélène.

Interview Mandy

Amanda Baptiste is a volunteer artist.
She enjoys volunteering on as a maker and takes pleasure in supporting other young people develop their creative and making skills.
In 2012 Amanda was nominated to participate in a Grundtvig Senior Volunteers project in Martinique, where she spent 5 weeks learning traditional carnival arts. (http://www.brouhaha.uk.com)
We were willing to ask her a few questions :

Hello, nice to meet you Amanda or Mandy ?
Mandy : It’s actually Cecilia but I get called Mandy, Cecilia Amanda Baptiste.

Could you tell us about your beginnings at Brouhaha ?
Mandy : it was really strange, Ray kept on asking me to come. And I finally came, and came back, came back, came back… and I stayed ! I see myself making butterflies, big wings, I liked it very much. I’ve been working for Brouhaha for 6 years and it’s my 7th carnival.

Was it different at the costume workshop when you arrived ?
Mandy : six years ago we weren’t in the same building, it was an amazing place,  it was big and very exciting but it wasn’t much different from today’s activity in the  costume workshop : each year there still are many costumes to make and new ideas, new creations always come up, we never get bored !

What does the carnival of Liverpool represent concerning the costume workshop ? How many costumes does it represent more or less this year ?
Mandy : Oh my god !! It’s difficult to tell precisely… For example, we made 500 little wings for the butterflies, with accessories, ornaments to go with, numerous trousers, thousands of head-dresses, in different colours. It represents a lot !

Do you dress other people than the artists who perform ? Children for example ?
Mandy : yes we carry out workshops in local schools to develop their skills in making costumes. Sometimes they come at Brouhaha’s costume workshop. We give them tools (techniques, materials….) to help them  to make their own costumes for the carnival.

At what time of the year do you start the preparations in terms of costumes for the carnival ? What are the different steps ?
Mandy : the theme is decided in January or February and we start making the costumes around March. First of all we make a big cleaning up and get organised, we start as soon as we receive the drawings and the instructions. From then it becomes intense !

This year the theme is “Street life”, who chooses, who proposes the theme of the carnival ?
Mandy : Giles chose the theme, inspired by what has been done at the South African carnival parade at the end of 2015.
Leeshaam Stringer, a South-African artist and float maker for the carnival of Capetown is here in an exchange programme. Leeshaam helps us this year in creating costumes for our carnival with the theme of “street life” inspired by the South African carnival theme in which he participated.

What’s the number of volunteers and how do you share the tasks ?
Mandy : it’s difficult to tell… There are some volunteers, some will pop in one day or another, a couple of hours like Samba Résille last monday. Others come every day like Darcy and Leeshaam. The tasks are defined according to each one’s skills, every one finds some “job” to do that suits him/her.

Do you find creative recycling solutions ? Do you recycle the costumes ?
Mandy : oh yes ! We need to ! We recycle many things, like the previous costumes. For example from butterflies wings we could make skirts or belts for a new parade. We make new from the old, we also search creative and practical solutions with various materials like bin bags or other material we can easily find.

And after the carnival, what happens ?
Mandy : After the carnival we clean everything up, put things away, get them packed. We wrap what’s fragile like the feathers and we count everything so we’re ready for the next parade.
I work at Brouhaha seasonally during the whole carnival period. After the carnival I get back to my volunteer status at Brouhaha. The rest of the year, I do my own costumes. For example, following the carnival I’m going to make two huge costumes by the end of the month, for the parade of the gay pride festival in which there’ll be a lot of eccentricity as you can imagine. I’m willing to see !

Florence and Hélène

 

 

Ce contenu a été publié dans Blog, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.