Stages et masters

Samedi 24 Juin
Masterclass

14h Samba Reggae > Mestre Jair Mendes Tim’bodé Bordeaux

Stages
10h Pandeiro Inter. & avancés > Johann Andoche Samba Résille Toulouse
11h30 Pandeiro Débutants > Johann Andoche Samba Résille Toulouse
12h Mouvement Caisse Claire > Roberta Paim Zalindê Paris
14h Batucada Débutants > Johann Andoche Samba Résille Toulouse
15h30 Batucada Débutants > Grégory Valter Samba Résille Toulouse
16h Mouvement Répinique > Roberta Paim Zalindê Paris
16h Timbao-Djembé > Isabelle Guidon Zalindê Paris

Dimanche 25 Juin
Stages

11h Percussions corporelles Initiation > Grégory Valter Samba Résille Toulouse
15h Capoeira Initiation adultes et enfants > Association Capoeiragem Escola Senzala (Gratuit – Réservation obligatoire à 25anssambaresille.Stage@Gmail.Com)

Stages (1h) > 8 euros – Masterclass (2h) > 15 euros
Places limitées avec réservation :
Infos et réservation à l’adresse > 25anssambaresille.stage@gmail.com

LES INTERVENANTS :

Isabelle Guidon
Isabelle a commencé les percussions à l’âge de 15 ans en se dirigeant vers l’univers des percussions africaines.
Au cours de ses multiples voyages en Afrique (Mali et Guinée), elle s’est formée avec les grands maîtres (Mohamed bangoura « Diable Rouge », Dartagnan Camara, Petit Adama Diarra, Lasina Danté « Siné », Lamine « Balany » Traoré et Famoro Kouyaté balafoniste de Loby Traoré) et les a suivis dans les cérémonies traditionnelles mandingues.
En France, Isabelle travaille avec le maître Vénézuélien des congas Orlando Poléo, le maître Brésilien Marivaldo Paim, ancien directeur d’Ilé Aye au Brésil- Salvador de Bahia et Mamadou Traoré djembéfola Sénégalais.
A force de rencontres, expériences et professionnalisme (L’Olympia, Le Bataclan, Dubaï Summer Festival, Séoul Drum Festival , Alger Samba Festival, samba Festival de Coburg, Berlin Samba Syndrom , London Brazilian Day, Paris Jazz à la vilette, Bercy, Stade de France, Le New Morning, Le Divan du Monde, Le Kab de Genève, etc. . ), Isabelle a su créer aujourd’hui son propre style d’interprétation et continue toujours de s’imprégner de tous ses différents styles de percussions.
Elle a collaboré avec des artistes comme : Grand corps malade,M Mathieu Chedid, Julien Lourau, Ibrahim Maalouf, Kery James, Tony Allen, Inor Sotolongo, Simone Sou, Roger Kom,Roberta Paim- Zalinde, Difekako, Wendell Bara etc.
Elle travaille aujourd’hui à l’international pour des groupes et des compagnies world musiques : percussions africaines, percussions afrobrésiliennes batucada, funk, afro beat, salsa, chansons françaises et anglaises, pop rock, zouk, jazz etc.
Enseignante au conservatoire de Clamart de percussions digitales traditionnelles pendant 5 ans, elle donne des cours et des stages à l’international pour tout type de public. (enfants, adultes, handicapés, groupes amateurs et professionnels etc.)Elle est aussi soliste en marquage de danse Africaine pour le chorégraphe Alseye N’dao et co-dirige des orchestres de percussions et tammbours (Groupe Tag Tambours, Batucada zalinde et spectacle Africain TIo Percussion)

Jair Mendes
Natif de Salvador de Bahia, Jair Mendes est un percussionniste professionnel.
Dès sa plus jeune enfance, il a baigné dans la culture du candomblé et de la musique afro-brésilienne  sa grand-mère ayant été membre d’un des premiers blocos afros de Salvador de Bahia, et son oncle étant musicien dans le fameux groupe Ilê Aiyê. C’est en suivant l’exemple de ce dernier qu’il intègre la formation junior d’Ilê Aiyê dès l’âge de 11 ans.  Il fait ses premiers pas en jouant du surdo, puis travaille inlassablement à l’apprentissage de chaque instrument au fil des années. Il intègre un nouveau bloco, Projeto Axé, à l’âge de 15 ans, et à 17 ans, il démarre ses premières scènes et joue avec les plus grands à travers tout le Brésil, entre autres avec Gilberto Gil. Il rejoint ensuite le milieu professionnel et joue avec de nombreux groupes  (Banda Motumba, Ganga do Samba…) et part également en tournée internationale en Europe et aux États-Unis.
Depuis longtemps, Jair Mendes a un objectif : créer son propre groupe. C’est en 2010 qu’il se décide et concrétise son projet en s’installant à Bordeaux pour monter sa formation : TIM’BODÉ est né ! Dans la musique il y a des règles, comme pour tout dans la vie, mais il n’y a pas de limites. Chaque jour est un apprentissage, sans fin. C’est ce que je veux pour le groupe, toujours chercher à aller plus loin – Jair Mendes.
A la découverte du samba-reggae
Le samba-reggae est un genre musical brésilien né dans les années 70 et dont les origines sont la samba, le reggae ainsi que les rythmes religieux afro-brésiliens du candomblé.
A l’origine, il est l’un des moyens d’affirmation et de reconnaissance de la « culture noire » revendiquée par les descendants des esclaves africains. Salvador de Bahia, qui regroupe la population afro-brésilienne la plus dense au Brésil, devient naturellement le berceau du samba-reggae.
De nos jours, les principaux groupes de renommée internationale dit « blocos afros » sont Olodum, Ilê Aiyê ou Timbalada. Au-delà du côté culturel, chaque bloco remplit un rôle social important et œuvre pour l’éducation de la jeunesse afro-brésilienne.

Roberta Paim
Brésilienne de Sao Paulo, cette jeune « mestre de bateria » découvre la musique à travers le chant et le piano classique, dès l’âge de 7 ans. Quelques années plus tard, en 1999, à son arrivée sur Paris, elle commence à s’intéresser à la « musique brésilienne de rue » et notament aux Blocos Afros.
En 2000, elle participe au Festival « Latitudes Brésil » où elle établie son premier contact avec Bloco Afro Ilê Aiyê et Escola de Samba Portela. A partir de là, commence sa formation en percussion brésilienne, au contact de très grands musiciens brésiliens: Mestre Marivaldo Paim (Ilê Aiyê – Salvador), Mestre Neguinho do Samba (Didà – Salvador), Mestre Bernardo José (Maracatu Naçao Pernambuco – Olinda).
En 2002, elle crée son propre groupe, Zalindê, formation exclusivement féminine, dans laquelle elle développe un grand travail chorégraphique autour de la percussion.
Puis en 2006, aux côtés de son mentor et mari Marivaldo Paim, elle monte le groupe Banda Ê-Tribal qui mélange la musique afro-brésilienne à des rythmes d’autres continents.
Toujours en 2006, elle intègre le chant à sa carrière et participe aux projets Alma Luma & So Do Samba e Pedrao do Maranhao, en tant que choriste-percussionniste.
En plus d’un travail scénique avec différents groupes, depuis 2003, Roberta développe divers workshops pour adultes et enfants, dans les écoles, centres culturels et sociaux, maisons d’arrêt, festivals ou événements privés,en France et en Europe de manière générale, comme par exemple lors du Festival Samba Syndrom à Berlin, auquel elle participera pour la deuxième fois consécutive en septembre 2009.