Interview de Fressia par Olmo

Interview réalisé par Olmo Denche, membre de Samba Résille avec Fressia Merino Espinosa, membre de A Bunda, à Göteborg, Suède lors de la mobilité du 20 au 26 août 2020.

– Bonjour Fressia,
Pour commencer, peux-tu te présenter ?

– Bonjour, je m’appelle Fressia Merino Espinosa. Je suis péruvienne, née à Lima. Je vis en Suède depuis près de 17 ans maintenant, j’ai aussi vécu 3 ans et demi aux îles Canaries (à Gran Canaria).

– Comment as-tu découvert le Samba ?
– Eh bien… Quand je suis arrivé en Suède, je suis allé vivre dans un village, c’est à environ une heure et demie d’ici, de Göteborg. Là-bas je suis allée à l’école et puis, pendant le lycée, j’ai rencontré un professeur de musique. En Suède, les lycées sont spécialisés, on choisit un type de lycée qui nous intéresse : science, musique, etc. Ce professeur était de Göteborg et avait fait partie d’A Bunda. Il a commencé à recruter beaucoup de jeunes du lycée pour créer un groupe de samba dans le village. Il nous parlait toujours d’A Bunda et de Oludum (il adorait Olodum et le Samba Reggae !). Et puis j’ai commencé à apprendre, et j’ai commencé à danser avec la professeure avec laquelle vous avez dansé aujourd’hui. Paola est ma première professeure de samba. Mais j’avais honte et finalement je suis allée jouer des percussions au lieu de danser. J’ai commencé à jouer du Surdo en premier, et c’est comme ça que j’ai commencé !

– Carioca ?
– Oui ! C’était du Samba Carioca, du Samba Enredo de Rio.

– Et c’est comme ça que tu as appris un peu les « codes » du rythme du Samba ?
– Oui, exactement. Notre professeur ne faisait plus partie d’A Bunda, mais il avait grandi avec eux et il nous en parlait toujours. À l’époque, c’était le rêve des jeunes Sambistas du village. S’installer à Göteborg et commencer à jouer avec le groupe et l’école de Samba A Bunda !

– Tout cela au lycée t’a réellement motivé. Est-ce que ça a été un moteur ?
– Oui, oui, oui ! Je suis tombée instantanément amoureuse du Samba. C’était incroyable.

– Et combien de temps as-tu travaillé avec ce professeur au lycée ?
– C’était à l’automne 2016, c’est là que j’ai commencé avec le Samba. Ici, le lycée dure trois ans, j’ai commencé en deuxième année avec le Samba. Quand j’ai terminé, j’ai bien gardé en tête tout ce que j’avais appris sur le Samba et tout ce que la professeure de danse m’avait appris, Paola. Je pratiquais toute seul à la maison, tout le temps. J’ai volé un CD et j’ai copié les chansons qu’elle avait donné au groupe de danseurs pour s’entraîner. A cette époque, je jouais déjà et le CD tournait en boucle à la maison. L’une des premières écoles que j’ai écouté était Acadêmicos do Grande Rio, avec la chanson Enredo Amazonas. Ce n’est pas une chanson super populaire, mais elle me motivait beaucoup ! Et je dansais à la maison, avec mon « demi Samba » et le peu que je connaissais du Samba No Pé. Deux ans après m’être installé à Göteborg, j’ai commencé à A Bunda et là à automne je commence ma dixième année.

– Quand tu es arrivée à A Bunda, as-tu abandonné les percussions pour te lancer dans la danse, ou as-tu fait les deux ?
– Les deux, en parallèle ! Je me suis mis à apprendre le Tambourim et à danser. Ensuite, j’ai dû choisir, établir des priorités. Mais je continue à jouer chaque fois que je peux.

– Depuis combien de temps danses-tu avec A Bunda ?
– Depuis le début. Les percussions… C’est un passe-temps à la maison, ou parfois je vais au local pour jouer toute seul.

– Et le Pagode ?
– C’est venu par mon frère. Lui, il a commencé un an avant moi à A Bunda. C’est avec lui que vous avez eu l’atelier Pagode, Sébastien, et c’est lui qui m’a fait découvrir le Pagode. Quand il a commencé, il me disait : « Tu dois écouter cette musique, cette chanson, cette chanson et cette chanson ». Il m’a mis cinq cent mille chansons dans la tête, et je suis tombée encore plus amoureuse du Samba.

– Donc, le Samba t’arrive aussi grâce à ton frère.
– Oui. Il est très musical, il est incroyable avec les instruments. D’une certaine façon, c’est moi qui l’ait initié au Samba Bateria, au Samba Enredo, et lui m’a initié au Samba Pagode.

– Toi, tu sais aussi danser.
– Oui, exactement. C’est là où je le dépasse ! [rires]
– Le Samba est un art populaire, la musique et la danse sont inséparables. Il y a des gens qui sont plus spécialisés dans l’une ou l’autre des disciplines.
– Oui, on ne peut pas avoir l’un sans l’autre Et si on a la passion, elle nous donne envie d’apprendre.

– Qu’entends-tu par Samba art populaire ?
– Je dirais que c’est le mélange, quand le Samba est mélangé à d’autres styles. Le Samba, c’est quelque chose d’incroyable, la musique brésilienne en général. Il se mélange d’une certaine manière et se développe de façon incroyable, en danse comme en musique.

– Depuis que tu as commencé, tu le vois dans la danse ? Est-ce que les musiques et les danses actuelles se mélangent ?  Y a-t-il des pas de danse qui vont et viennent, qui proviennent d’autres styles ?
– Oui, absolument. Par exemple, dans la danse, il y a beaucoup de choses qui, auparavant, ne se faisaient que dans d’autres styles « Latin Dance », dans la Salsa, ou encore dans la Ballroom Dancing. Et maintenant, tout se mélange pour créer un monde plus grand et le rendre encore plus divers.

– Pour enrichir davantage le Samba ?
– Oui, bien sûr ! Bien que le Samba No pé, qui est le pas basique, soit au cœur de tout. C’est le pas que Paola vous a appris. Celui qui doit être intégré, c’est la racine. A ce pas, on peut y ajouter tout ce que l’on veut : des sauts, des jeux de pieds, un jeu avec un chapeau… Mais il doit toujours y avoir le pas Samba No pé. Sinon, ce n’est pas de la danse Samba.

– Quelles sont les modalités ou figures de danse (dans les écoles, les carnavals…) que tu préfères, que ce soit visuellement ou techniquement ?
– Je les ai toutes essayé à A Bunda. Par chance, nous avons eu un peu de tout, à différents moments. Et je les ai tous essayés. Un peu d’afro, de Porta Bandeira, de Classique, de Destaques, etc.
– Qu’est-ce que « Destaques » ?
– A Rio, quand ils paradent dans le sambodrome, il y a Musa ou Destaques. Ce sont des gens qui se démarquent, qui ont une position devant certaines ailes représentant différentes sections.

– Changeons de sujet. A quel âge es-tu arrivé en Suède ?
– J’avais quinze, quatorze ans. Ce n’était pas facile d’arriver à cet âge-là… Parce que c’est bien difficile d’apprendre la langue. J’aime les langues et j’ai eu beaucoup de chance, j’étais dans un lycée à la campagne, un peu en dehors du village où nous vivions. C’est dans ce lycée que j’ai rencontré Paola et le professeur de musique dont je t’ai parlé. Dans ce lycée, ils avaient un programme spécial pour intégrer peu à peu les enfants étrangers dans les classes normales. Pendant toute une année, nous avons appris le suédois. J’ai eu beaucoup de chance, c’était un départ en douceur et très instructif.

– Ce ne fut pas un coup dur sur le plan académique ?
– Non, ça n’a pas été un choc. C’était très bien, parce que je connais des gens qui sont arrivés et qui ont été mis directement dans des classes normales, et c’est horrible, parce que ça n’a rien à voir avec l’espagnol. J’ai également dû apprendre à utiliser l’anglais que j’avais étudié au Pérou et en Espagne. J’apprenais deux langues.
– Beaucoup d’efforts ?
– Oui ! La chance ça a été qu’au début, quand nous avons commencé, nous n’avions qu’à nous concentrer sur le suédois et ensuite nous avons commencé à suivre les cours normaux avec les Suédois. C’est une école incroyable, nous avons eu beaucoup de chance.

– Comment as-tu vécu l’intégration sociale ?
– [rires] C’est très différent… J’ai un caractère latin, plus fou et plus ouvert, je ne sais pas… J’ai dû diminuer ce côté-là et projeter mon côté plus calme, parce que les Suédois sont très silencieux, plus réservés. J’ai toujours été une personne qui s’exprime avec le corps, et ici, ça ne se fait pas, ce n’est pas très courant, c’est encore difficile pour moi.
– Est-ce qu’ils perçoivent mal cette façon de s’exprimer ?
– Oui, ils se trompent. On m’a même dit : tu flirtes ! Et ce n’est pas ça. C’est un moyen de m’exprimer, des codes corporels, un langage, de l’affection. C’est toujours un problème. Ils n’ont pas ces codes, c’est comme une distance qu’ils ont d’un corps à un autre. C’est comme pour dire : ceci est ton espace, ceci est mon espace ! Il faut connaître quelqu’un assez bien, ou bien il faut que ce soit quelqu’un qui a rencontré beaucoup de gens, pour que ce soit compris, que ce soit accepté, et qu’il n’y ait pas ces barrières. Cette personne s’exprime ainsi et n’est pas une attaque personnelle. Cela a toujours été très difficile.

– Qu’est-ce qui te plaît le plus ici, des gens, du pays, de la culture ?
– C’est très calme, vraiment. On n’a pas à s’inquiéter. C’est une façon de socialiser différente, plus calme. La situation politique aide aussi beaucoup, par rapport à d’autres pays comme en Amérique du Sud. Mais il n’y a pas de comparaison possible, que ce soit au niveau de la politique, de la criminalité… Ce n’est pas comparable.
– Au niveau de la tranquillité et de la sécurité sociale ?
– Oui, exactement. C’est un pays très calme et j’aime ça. En tant que citoyen de Suède, au travail, on a tellement de droits, on est payés à l’heure, on a une retraite… Tout est très réglementé et, de cette façon, c’est très sûr. Je ne sais pas si j’exagère ou non…. Beaucoup de Suédois n’ont pas vu le monde mais il y a beaucoup de Suédois qui aiment sortir, voyager. C’est très facile pour eux. Ils ont l’argent, les papiers, ils ont les moyens de se déplacer. La Suède ouvre de nombreuses portes. De cette façon, beaucoup aiment connaître différentes cultures, voire adopter les choses de ces cultures qu’ils aiment, et apprécient les choses d’autres parties du monde. C’est agréable de connaître ce genre de Suédois, ils ont une mentalité ouverte et apprécient les choses.

– Et de l’autre côté, qu’est-ce qui est plus fermé ?
– En fait, heureusement, je n’ai pas été victime de discrimination ici en Suède. A moins que je n’ai rien remarqué… [rires], j’ai eu le sentiment que ce n’était pas le cas. Je ne me souviens de rien. J’ai eu de la chance, je touche du bois ! Ce que j’ai le plus ressenti, c’est que les gens qui ne connaissent pas beaucoup de monde sont plus timides, fermés. La Suède compte aussi des gens venus de nombreux endroits, comme l’Afghanistan, l’Iran, l’Irak… J’ai rencontré beaucoup d’Arabes ici. Au Pérou par contre non ! Mais en Espagne oui.
– Bien sûr, ce n’est pas une population qui va au Pérou.
– Exactement [rires]. Non, ils n’y vont pas. Les Allemands y sont arrivés, mais…. [rires]
– Ce sont d’autres migrations, à d’autres moments, ce sont d’autres types de mouvements.
– Exactement. Mais ici, il y en a. Les suédois sont ouverts d’une certaine manière et ils intègrent les gens qui viennent d’ailleurs. Dans les plus grandes villes, il y a les carnavals d’été, les défilés. Et là, les organisateurs intègrent beaucoup de choses provenant d’autres pays, avec des groupes provenant du monde entier, des groupes de danse, de musique…

-Y  a-t-il un mouvement socioculturel à Göteborg, avec des structures comme A Bunda par exemple ?
– Oui, il y a un peu de tout On n’en entend pas beaucoup parler, jusqu’à ce qu’un événement ait lieu. Là, ça se voit. Parce que normalement, les Suédois aiment beaucoup leur silence, pour ainsi dire. Il y a beaucoup de règles sur la façon et le lieu où on peut faire du bruit, faire la fête. Par exemple, ici, lorsque nous jouons, nous devons réfléchir à l’heure qu’il est. Parfois, nous recevons des plaintes de voisins. Voici ce qu’il en est chaque fois qu’il y a un nouveau voisin, après ils savent que nous jouons tous les dimanches et ça se passe bien.

– Quand vous sortez avec le spectacle d’A Bunda, comment les gens qui ne connaissent pas le Samba ou cette culture afro-brésilienne d’art populaire réagissent-ils ?
– C’est un mélange extraordinaire, vraiment Parce que tout d’un coup, on voit un visage et un sourire qui sortent de nulle part. Et on lit dans les yeux qu’il y a de l’intérêt, même si on n’a aucune idée de ce que c’est. Mais ce « wow, ils jouent bien, ils dansent bien… » Et on voit aussi d’autres personnes qui sont du genre « Euuhh… Qu’est-ce que c’est… ? » Et ils restent à te regarder avec des yeux bizarres. C’est un bon mélange. Göteborg a heureusement un bon mélange de cultures et c’est pourquoi les gens sont en quelque sorte plus ouverts.

– Il y a beaucoup de jeunes ici, n’est-ce pas ? D’un point de vue universitaire, c’est une ville importante.
– Oui. Il y a de bonnes universités, c’est pourquoi il y a aussi beaucoup de jeunes qui viennent s’installer ici. Voir aussi des personnes plus adultes ou plus âgées. Souvent, ils aiment acheter une maison et déménager en banlieue, c’est pourquoi le centre de la ville compte généralement plus de familles ou de jeunes et les personnes âgées déménagent généralement vers la périphérie, dans une maison avec jardin.

– Une question en relation avec l’avenir du Samba pour toi : qu’est-ce que tu aimerais le plus pour A bunda ?
– Mon rêve serait qu’A Bunda puisse acheter un local, parce que la situation est très difficile avec les salles de répétition. Mon rêve serait que nous puissions acheter un local, avoir notre école et faire ce dont nous avons envie.
– Votre propre lieu de production musicale.
– Oui, et pour enseigner. Ici, nous avons des limitations d’espace, de bruit, de voisins. Nous sommes tellement nombreux. L’endroit où nous répétons est très petit, et l’endroit où nous étions aujourd’hui, nous ne pouvons le louer que de temps en temps, parce qu’il coûte plus cher. Ce serait un rêve. Pour pouvoir continuer avec le Samba et contaminer encore plus de gens avec le Samba, pour ainsi dire [rires]

– Tu veux dire quelque chose à Samba Résille ?
– J’adore que vous soyez là ! Et j’espère pouvoir vous rendre visite un jour. Que j’espère vous voir jouer, voir le répertoire de l’école, mais aussi le Samba Reggae qui, pour moi, est un rythme incroyable. Et c’est aussi incroyable le travail social que vous faites. En Suède, nous n’avons pas beaucoup d’opportunités de ce côté là, c’est malheureusement plus compliqué. C’est admirable, vraiment. J’aime vous écouter et en apprendre davantage sur le travail que vous faites.

– Merci beaucoup Fressia et ravi de t’avoir rencontré.
– Et moi de même !

Interview réalisé en espagnol, traduit en français par Céline Rodriguez.

Constructeurs d’espaces de coopérations multiculturelles
Programme Erasmus+
KA1 – Mobilité du personnel de l’éducation des adultes